(2012) Bilqa tricot caritatif

Bilqa s’en va – Parlez-vous le russe?!

Aujourd’hui est un grand jour. Aujourd’hui j’ai le plaisir de donner à Nadira, la responsable de Bilqa, la totalité de ce que j’ai pu récolter grâce à vous.

Mercredi dernier, j’ai eu le bonheur de traverser Paris en voiture, les fenêtre ouvertes, les Beastie Boys à fond et le coffre + la banquette arrière remplis de vos tricots. Et aujourd’hui, je fais un virement de EUR 718.12 (USD 879) sur le compte de Bilqa.
J’aurais pu être légèrement déçue car le but total de USD 1000 n’a pas été atteint et nous avons eu la mauvaise influence de la dévaluation de l’Euro qui nous a fait baisser malheureusement sous la barre des USD 900 en une semaine.

Et Bilqa dans tout ça?

La Saint Robert est passé, mon défi se finit. Ce défi, souvenez-vous, je me l’étais fixé en commençant ce nouvau blog, dans mon billet du 7 février 2012.

La date butoire pour mon projet Bilqa était du 30 avril et nous sommes aujourd’hui le 3 mai! Alors, qu’est est-il?
Ais-je réussi à faire tricoter la France entière pour chauffer les filles au Tadjikistan? Ais-je pu débloquer les fonds pour construire la bibliothèque qui me tient tant à coeur?
Voici THE BILAN

Brunch Caritatif du Ptit Bonheur

Samedi dernier, une trentaine de personnes se sont retrouvées à la pâtisserie du Sugarplum Cake Shop à Paris pour manger des bonnes pâtisseries américaines, tout en contribuant à mon défi caritatif de récolter USD 1000 pour la construction d’une bibliothèque au Tadjikistan.

Et bah mes cocos, on n’a pas été déçus!! Laurel et toute son équipe se sont coupés en quatre pour nous blinder de sucre et de douceurs divines. Déjà, Sugarplum vaut le détour mais si, en plus, toute l’équipe est au petits soins pour nous faire passer un bon moment, alors là…

Bienvenue chez nous! Je suis trop crédible!

Ralier tous les plaisirs

Faire du caritatif, c’est pas supposé être super chiant?
Quand je me suis engagée à essayer d’aider Bilqa, jamais je n’aurais cru que je m’amuserais autant! Déjà avec le tricot à l’OCDE mais alors là, mes cocottes, je vais vous dire qu’on va prendre notre pied en tout bonheur!

Figurez-vous que nous vous avons concocté THE événement à ne pas rater.
Figurez-vous que le fabuleux Sugarplum Cake Shop de Paris veut nous aider à débloquer des fonds pour Bilqa!

Ceux qui connaissent Sugarplum… je les sens très attentifs.

Quand les communautés se retrouvent autour de Bilqa

Que ça fait du bien de pouvoir compter sur une communauté! Et quand on double les communautés, alors tout le monde y gagne 🙂

Hier j’ai réussi à croiser la communauté de collègues de l’OCDE à la communauté des tricoteurs. Les deux communautés ont un esprit de solidarité déjà assez présente mais quand on dédouble tout, on obtient une salle de conférence pleine à craquer de tricoteurs/tricoteuses.

Une salle de conférence réservée uniquement pour des collègues qui se connaissent ni d’Eve ni d’Adam mais partagent ce plaisir du tricot. Tout ça pour qu’ils puissent se retrouver pour chauffer les oreilles des filles de Bilqa, moi je dis ça dépote.

Shopping caritatif

J’ai remarqué une chose: je ne suis pas seule sur terre.

Oui, je sais, ça choque, comme ça mais il faut se faire une raison, je ne suis pas la seule à vous demander de l’aide pour une œuvre caritative. Et je me doute que Tata Germaine et son association pour la protection des droits des pucerons a tout autant besoin de vous! Et elle aussi, elle vous demande des tunes! Et l’état aussi, tiens, vous demande des tunes…

Sauf que moi, je ne vous demande rien! Non, moi je vous propose des choses. Ici, on ne donne rien gratuitement, on est dans l’échange absolu.

Tadjiki-quoi?!

La semaine dernière, je vous ai parlé de Bilqa et de mon envie de vous donner envie d’aider Nadira et son équipe à promouvoir l’éducation des filles au Tadjikistan. D’ores et déjà j’ai eu des questions; c’est où le Tadjikistan? C’est un vrai pays ou c’est un truc genre comme chez Tintin? Et pourquoi on tricoterait pas pour les filles en France? Et pourquoi pas pour les garçons, hein? C’est sexiste! Et ils se débrouillent pas tous seuls au Tadjikistan? Ils s’en foutent pas mal de mon bonnet en Noro, non?

Allez, c’est parti pour quelques explications!

Aujourd’hui, on s’y met!

Eh! Toi là!
Toi qui lis mon blog, je suis capable de te faire aimer le Tadjikistan!

Si tu es intriguée, suis-moi, je te raconte un truc.

Récemment, j’ai découvert une association qui s’appelle Bilqa. Cherche pas, c’est du Uzbek (sisi, je te jure). Cette association fait en sorte que des filles au Tadjikistan restent à l’école pour étudier plutôt que de partir se marier à 14 ans.

14 ans, tu sais, c’est l’âge de ta nièce Brenda. Tu imagines ta nièce Brenda mariée à un fermier Tadjik? Ben voilà.