5 phrases anodines qui nous pourissent la vie

Ce weekend, je me suis dit qu’il fallait arrêter de déconner deux minutes et commencer à être honnête avec moi-même (merde ça pue) et avouer qu’on que je dépense un peu n’importe comment. Sinon on je n’en serais pas là où on en est j’en suis aujourd’hui.

C’est pourquoi j’ai développé pour vous une liste de phrases qui s’avèrent être mortelles pour les comptes en banques ET dévastatrices pour notre quotidien. 5 petites phrases perfides qui s’immiscient dans notre quotidien et qui font qu’on vide notre portefeuille n’importe comment tout en remplissant nos armoires d’objets qui nous hanteront jusqu’à l’éternité.

1. “Ca peut toujours servir!”

Cet objet qui ne sert à rien. Cet objet qui – d’ailleurs – a fini quasi-inutilisé en brocante où on l’a acheté. Le presse-poireau, le gratte-cuisse, le poisson-chanteur… Ces objets qui ont de la gueule, certes, mais qui ne nous serventà rien d’autre qu’à encombrer nos placards jusqu’au jour où on les jettera/donnera.

Cette phrase qui s’applique à la majorité des objets de fonds d’armoire: “ça peut toujours servir” est à bannir à tout jamais de nos vies, sous peine de finir pauvre financièrement mais riche en babioles inutilisées. Si ça n’a pas servi ces 365 derniers jours, ça ne servira jamais, faut arrêter quoi.

2. “Tant que je suis là, j’en profite pour passer au rayon machin!”
Plus connu comme “le syndrôme Ikea”.

On va dans un magasin pour acheter un objet bien spécifique, comme l’armoire Spröt et on repart forcément avec l’horloge murale Pr°t, la poche pour télécommande Flört et l’armoire à vernis à ongles Vleurps…

Vous étiez parti pour dépenser € 100 et vous vous retrouvez dans le rouge d’un coup, à vous consoler avec plein de jolis objets déco que vous reconnaîtrez le weekend prochain dans l’appart de vos amis jeune couple.

Ca vous parle, hmmmmm? Bah moi aussi, et j’en ai marre de me faire avoir à chaque fois!

3. “Ooooh!”

Oui! “Ooooh!”
La phrase la plus capitaliste du monde! Déclinable en “Géniaaaal!”, “T’as vu ça?!” ou “Aaaaah!”.

Cette phrase témoigne d’un coup de cœur et tout le monde sait que le cœur n’est pas bon capitaine dans le bateau des finances.

Et parfois elle est encore bien plus perfide que ça, cette phrase, parce que ça peut arriver qu’on réussit à se retenir de dépenser sous la pulsion d’un coup de cœur mais peut-être que le conjoint/amie/maman qui nous accompagne prend note de ce qu’on dit et nous l’achètera pour notre anniversaire dans six mois. Et c’est là qu’on remarquera qu’en fait, ce coup de cœur, c’était une daube!

Du coup, double perte parce que votre conjoint/mère/amie aura dépensé € 50 pour une chose moche qui devra traîner dans votre salon pour leur prouver votre appréciation de leur cadeau…

4. “Mais c’est gratuit!”

Rien! Mais alors absolument RIEN n’est gratuit!

De chaque objet pour lequel nous n’avons rien payé financièrement, nous en paierons le prix plus tard.

Il se peut qu’on le paie en temps passé à nettoyer autour de la commode gratuite trouvée dans les encombrants (sans jamais avoir le temps de faire la customisation tellement chouette trouvée sur le net) . Il se peut qu’on le paie en travail à déblayer tous les deux jours le tiroir à sacs en plastique qu’on ramène de chaque visite au supermarché.
Il se peut qu’on le paie en déplacement vers la déchetterie après que ce fabuleux guéridon ait pris la poussière pendant trois ans dans notre cave.
Il se peut qu’on le paie péniblement en se prenant sur la tronche la boite de babioles inutiles qui semblait bien calée sur l’armoire mais ne l’était en fait pas…

Bref, parfois les objets semblent ne pas coûter une thune mais ne soyez pas surpris de payer un tout autre prix plus tard sur votre chemin. L’encombrement à zéro euro, finalement c’est encore le plus vicieux.

5. “Il faut savoir se faire plaisir”

Marina en parle bien mieux que moi (voyons); le “petit plaisir” est très à la mode. Un café dans la chaîne de café, un petit top en solde, un livre à 1 euro sur ma liseuse,… c’est bien le genre d’achats qui nous font un peu de plaisir dans le cerveau mais qui, en fin de mois, nous font nous demander où sont passés nos sous et comment ça se fait qu’on a moins de place/plus de kilos/moins de temps que d’habitude. A en croire que le sérial petit plaisir nous retarde notre bien-être permanent

Comme quoi, il y a de ces phrases auxquelles on ne prête pas attention mais qui laissent des traces dans notre quotidien. Mieux vaut être prévenues!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimez? Partagez !

Comments

  1. David

    Bonjour,
    Marrant comme quoi on a tous des habitudes différentes.
    Typiquement, les points 2, 3 et 4 ne sont pas trop classique chez nous.
    Le 4 un peu, mais vu qu’on a un tas Emmaus, il est facile de déplacer vers emmaus.

    Par contre, pour le 1, il est plus classique, mais plutôt pour les matériaux.
    Ceci dit, il n’est pas exceptionnel de réutiliser des matériaux, donc c’est rarement stocké pour rien! 😉
    Typiquement, la rallonge que toutou nous a coupé en 2 étaient stocké pour réparation.
    Lorsque j’ai eu besoin de trifouiller une lampe de plan de travail (circuit électrique mal fait, le transfo était sous tension continuelle au lieu d’être après l’interrupteur), la rallonge m’a bien servi! 😉
    Depuis je l’ai réparé, mais d’ici peu, je me referai un raccord prise/fil, car pratique pour bidouillé certains appareils!

    Donc tout ce qui est a jeté n’est pas perdu! 😉

    Reply
    1. Ilse Post author

      Hahaha pas mal le coup de la laisse, bien joué 🙂
      Beaucoup de gens pensent qu’un objet n’a qu’une utilité. Parfois il faut faire un petit effort pour se dire qu’en effet on peut utiliser une laisse de chien pour autre chose :p

      Par rapport à Emmaüs, moi aussi je pensais comme ça et puis après je me disais que ce qui est gratuit a toujours un coût de production et donc une empreinte écologique. Ca n’est donc pas vraiment gratuit carboniquement parlant on va dire. Et pourquoi déplacer un objet gratuit chez nous, le laisser encombrer notre quotidien pour après perdre à nouveau du temps à tout déménager vers Emmaüs? Tu vois ce que je veux dire?

      Et tu as raison: tout ce qui est à jeter n’est pas perdu! Il suffit d’un peu de créativité, comme toi!

      Reply

Leave a Reply to David Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *