Mon corps, ma bouffe, ma vie – Paléo & co

Quand on “vieillit”, on se rend compte des conneries qu’on fait. Le choix de ne jamais finir mes cours de karaté, par exemple. Ou le choix du régime “lundi spaghetti / mardi frites / mercredi chinois / …”. Hah!

Ca fait quelques temps maintenant que je tente de prendre ma santé en main. Moins de médicaments, plus de sommeil, de légumes plus frais… Et puis il y a un an, j’ai rencontré une fille avec des principes nutritifs plutôt étranges. Elle mangeait rarement ce qu’on lui préparait quand on faisait des soirées, elle avait toujours des coupe-faim super sains sous la main, elle restait assez discrète sur ses habitudes mais on voyait qu’elle était complètement sereine avec ce qu’elle faisait. En la questionnait elle me parlait de paléo, de régime de l’homme des cavernes, de plein de choses bizarres. Elle m’expliquait comment elle avait eu des problèmes de santé et qu’elle a dû trouver un régime radical pour se remettre d’aplomb. J’ai lu son témoignage sur la page Paléo Lifestyle et ça m’a bien intéressé.

Ça va faire maintenant un an que je vis côte à côte avec elle dans mon équipe de Roller Derby et j’ai commencé à comprendre à quel point son comportement faisait du sens. En gros, le régime paléo n’est pas un régime d’amaigrissement (dont les français sont tellement fous) mais une prise de conscience nutritive. Ça a été développé dans les années ’70 et prend comme question de base “quels sont les éléments dont le corps humain a besoin ?” en jouant avec la métaphore de l’homme des cavernes.

Les gens qui suivent ce régime alimentaire (selon les courants) éliminent toute nourriture raffinée. Gluten (pâtes, pain, pommes de terres,…), produits laitiers (lait, beurre, fromage,…), sucres (bah oui hein, lol), légumineuses. Il nous reste donc les légumes, les fruits, les viandes, les noix, etc etc… On mange en effet comme une femme de Cro-Magnon.

Ah oui mais attends, ça va plus loin! Les vrai geeks paléo ne mangent que de la viande d’animaux nourris naturellement; des vaches qui ne mangent que de l’herbe ou des poules qui mangent aussi des insectes et des vers.

Première réaction: “DeQUOI?!!!”

Deuxième réaction: “C’est un peu relou quand-même”…

Troisième réaction et toutes celles qui suivent? “Bah euh en fait… bah ouais!”

Ces quelques derniers mois j’ai eu quelques épisodes de Paléo où je commençais par mon régime habituel de légumes et fruits frais plus viandes blanches. D’un coup j’ai arrêté de me prendre la tête à cuisiner des pâtes, du riz ou des pommes de terres. Puis j’ai complété la viande blanche avec la viande rouge. Et j’ai éliminé le café, le sucre, les pâtisseries,…

Et petit à petit quelque chose d’assez fabuleux a commencé à se produire! Mon corps commençait à me parler! Je commençais à avoir des envies. Des envies de viande, d’œufs, de fruits de saison, de légumes de saison, de fromage…  Et là où j’avais commencé ce rythme nutritif en usant ma discipline personnelle, petit à petit mes habitudes ont commencé à se nicher en moi et c’était comme si mon corps retrouvait son chemin vers ce qu’il était supposé faire.

J’ai toujours eu du mal à me nourrir de façon équilibré. Je n’ai jamais vraiment appris à bien faire la cuisine, ni à connaître les fruits de saisons. Je n’ai jamais eu une bonne connaissance de la nutrition. Et pourtant j’ai tenté de m’éduquer; j’ai été voir une nutritionniste (qui m’a conseillé de boire du jus de citron à jeun, ce qui a pourri l’émail de mes dents), j’ai tenté un régime (le seul de ma vie, j’ai bien ri quand on m’a dit qu’il était nécessaire « d’apprendre à aimer avoir faim »!), j’ai acheté les livres de Montignac (dont j’ai fait deux recettes et demie en tout et pour tout), j’ai surfé sur le net,… mais tout me semblait trop compliqué, trop prise de tête.

Jusqu’à maintenant.

Quand je mange paléo pendant une semaine au moins, j’ai plus d’énergie, je suis de meilleure humeur, les gens me disent que j’ai bonne mine,  je dors bien,… Et j’ai des fringales! J’ai envie d’un beau melon tout orange, tout juteux et tout miam. Envie d’un bon steak saignant, avec une petite sauce au poivre, grillé au feu de bois,… hmmmm! J’ai même des envies de noix et noisettes, alors que je suis allergique (un petit tour d’acupuncture et ça sera résolu)!

PALEO! MIAM! GREUH!

PALEO! MIAM! GREUH!

Mais il est vrai que le paléo, pour le moment, je n’arrive pas à y adhérer à plein temps. Notre société nous incite tellement violement à la malbouffe que c’est quasi-impossible de s’y soustraire. Après une journée, une semaine chargée au travail, je rentre et le frigo est vide. Il reste une boite de pâtes sur le fond d’une étagère et hop… je me fais un merveilleux spaghetti bolo avec une bonne dose d’emmental. Que je regrette amèrement une heure plus tard. Le ventre rond, les yeux lourds et le moral dans les chaussettes. Rien à faire. De purger le corps de ce qui lui est nocif ne rend la toxicité de ces aliments plus virulente !

J’aime beaucoup ce régime paléo, qui me donne tant d’énergie et qui fait tellement de sens que mes envies et mon corps le suivent naturellement. Et j’aimerai bien partager ma timide aventure paléo avec vous. Parce que dans mon aventure paléo, qui ne dure que deux ou trois mois, j’ai appris une tonne de choses au sujet de la nourriture!  Et quand moi j’apprends ; bah je partage !

Petit addendum : En France, tout ce qui touche à la nourriture vire obligatoirement vers le but perver… malsain de la « perte de poids », alors qu’une perte d’excès de graisse n’est qu’un effet secondaire du régime Paléo. Ce régime est plus une prise de conscience nutritive qu’une diète. Il s’agit de reconnecter la physionomie de son propre corps avec ses réelles nécessités nutritives. Pas de recherche de perte de poids, pas de comptages de calories, de scrutinage de balance, pas d’obsessions de culpabilités tout ce blabla.

Que de la bonne nourriture.

PS on m’a prévenu des critiques de ce régime : lâchez-vous, je vous attends au tournant. Niark.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimez? Partagez !

Comments

  1. Ma Tribu et Moi

    Bonjour !
    J’ai lu quelques articles et infos sur ce mode d’alimentation, et ma foi, il me choque bien moi que certains régimes en vogue (que j’ai tenté, j’avoue). C’est avant tout, comme tu l’écris, une réelle prise de conscience sur les besoins nutritionnels et énergétiques de notre organisme. Pour ma part, j’essaie, pour commencer, d’être sincèrement à l’écoute de mon corps, de mes ressentis. Lorsque je ne suis pas “polluée” (stress, fatigue, monde extérieur…), cela fonctionne assez bien et j’ai ainsi pu constater un remodelage de ma silhouette, sans vraiment d’efforts à fournir.

    Reply
    1. Ilse Post author

      Merci Ma tribu, c’est super de voir que je ne suis pas la seule à me dire que ça fait du sens 🙂

      Reply
  2. Didine

    Tu es prête ?
    Alors, je dégaine ! :p

    Plus que d’être une traque des kilos en trop, cela donne plus l’impression du dernier-régime-à-la-mode-pour-bobos-désoeuvrés…

    Je m’explique le côté jusque-boutiste me géne un peu, de virer tel et tel famille d’aliments : légumineuses, par exemple…

    Bon après, je ne peux que t’applaudir de cuisiner des fruits et légumes de saisons et de virer la patisserie industrielle de ton alimentation 😉 pour le fromage et la charcut, c’est no way pour moi 😀

    Mon repas de ce soir ? soupe maison : patates et courgettes provenant de maraichers itinérants 😀
    Bises

    Reply
    1. Ilse Post author

      Hehehe, bien dégaîné, Julien a déjà bien répondu je pense.
      Je mange du fromage, je mange de la charcuterie. Mais comme l’arrêt des féculents a eu tellement de bienfaits sur moi, je n’en souffre pas trop 🙂
      Fais ta soupe de courgettes sans patates, c’est tout aussi bon. La patate ne fait que rendre ta soupe plus lourde et moins digestive. La pomme de terre a été introduite pendant les périodes de grande famine et ne devrait servir qu’à ça: nourrir en cas d’extrême détresse!

      Reply
  3. Julien de Paleo Lifestyle

    Bonjour Didine,

    Le message que j’essaye de faire passer, c’est que le régime Paléo n’est pas un régime pour perdre du poids. Il vise avant tout à améliorer son énergie et sa forme.
    Je l’ai adopté depuis plusieurs années et j’ai créé un blog pour le faire connaître et montrer qu’il y a clairement une alternative au “tout céréales et produits laitiers”.

    J’ai une vision assez ouverte de l’alimentation Paléo, et je pense que chacun doit l’adapter à son mode de vie et à sa tolérance à l’alimentation moderne. Il est clair que ma vie a fondamentalement changé le jour où j’ai arrêté céréales, légumineuses et produits laitiers, qui ne font plus partie de mon alimentation quotidienne.

    C’est souvent le côté jusqu’au boutiste qui est mis en avant lorsque l’on parle d’alimentation Paléo, alors que l’on prône des choses qui sont majoritairement consensuelles: manger des produits de qualité, refuser l’alimentation industrielle et les produits transformés, manger beaucoup de poisson, de fruits, de légumes, consommer des produits riches en oméga 3.

    Les cas du fromage et de la charcuterie sont particuliers. Il n’y a pas d’obligation, sauf cas d’intolérance forte au lactose, de les exclure totalement de l’alimentation. Pour ces deux produits, ce n’est pas tant la classe de l’aliment que sa qualité de fabrication à laquelle il faudra être attentif.

    Reply
    1. Ilse Post author

      Merci Julien, ça me fait vraiment plaisir de lire ton commentaire. Merci de démontrer la tolérance de nos choix.
      J’ai hâte qu’on se croise à un Rocky Horror Picture Show avec Ernie 🙂

      Reply
      1. Didine

        Aaaaaahhhhh…
        Merci pour la réponse non doctrinaire et très ouverte d’esprit !
        Je surkiffe !
        Je vous rejoins à 300 % sur les plats précuisinés 😉
        Perso, je les trouve beaucoup trop salés et je les ai oublié depuis longtemps.
        Après chacun fait sa révolution à petits pas.
        Ilse, l’abandon des patates : je ne suis pas (encore?) prête. 😀

        Reply
  4. Tournelune

    Ben moi ça ne me choque pas.
    par contre je suis pas sûre d’arriver à virer les pates/le riz et le sucré.

    Mais je comprends la démarche “consommer mieux”, et j’essaie autant que je peux d’acheter des légumes de saison, produits localement…

    et je veux bien lire la suite de ton aventure 🙂

    Reply
    1. Ilse Post author

      J’ai réussi à virer les féculents après avoir fait quelques tests et après avoir vu la radicalité des effets sur mon corps. Dès que je mange des féculents, maintenant, je me sens pâteuse, fatiguée dans l’heure, ballonnée, constipée, fin tout le toutim quoi. C’est youpi :p

      Reply
  5. LMO

    Je pense être parfaitement incapable de tenir un tel régime alimentaire… Je suis bien trop gourmande, la tentation est partout, pour moi, ce serait de la torture…

    Mais j’avoue que le “corps qui te parle”, ça me parle! 😉
    Bien que je ne sois pas très convaincue non plus par l’élimination totale de plusieurs classes d’aliments… Je n’y connais rien donc je vais sans doute dire des bêtises, mais j’ai l’impression qu’entre l’homme des cavernes et nous, il y a un monde, et nos besoins sont sans doute un peu différent des leurs (et puis, ils vivaient pas bien longtemps, ces gens, va savoir si ce n’est QUE à cause d’une hygiène déplorable et du dévorage par les loups ou AUSSI parce qu’ils s’alimentaient pas assez bien, pas assez tout court?)

    Enfin bref… Ce qui est sûr, c’est qu’on mange mal, nous, et c’est vrai que le corps s’en plaint parfois avec virulence!

    Reply
    1. Ilse Post author

      Moi aussi je me disais incapable de faire ce régime. Fin pas de patates, quoi!!! Truc de OUF!!! Mais en fait, il est assez vicieux ce régime parce qu’il fait tellement de sens que j’ai commencé à le suivre sans le savoir. Comprendre l’influence du lait sur ton corps, ou des féculents,… ça fait qu’en gros tu t’étonnes de pourquoi tu buvais ton demi litre de lait chaque matin. Et puis tu arrêtes. Et puis tu te sens mieux… Et du coup, tu réfléchis au sujet de ta viande etc etc…

      Et ça devient naturel.

      Ils vivaient moins longtemps, certes, mais ils avaient une qualité de vie différente aussi. Le “boom” des allergies, des cancers, de l’osthéoporose, tout ça ça date d’après la deuxième guerre mondiale. Alors oui on peut argumenter une meilleure détection de ce genre de maladies mais quand-même; on mange trop chimique et on s’étonne d’être dépressifs, obèse, malade. La correlation n’est pas accidentelle à mes yeux.

      Personnellement j’y suis allée par gradients. Il y a trois ans j’ai naturellement éliminé le lait de vache de mes boissons; du coup ma fille avait moins d’otites et d’allergies. Puis il y a deux ans j’ai commencé à manger plus de légumes et à mieux les choisir… Du coup il y a quelque mois il ne s’agissait plus que d’éliminer les féculents. Et là récemment j’ai commencé à observer la qualité de ma viande etc. Rien d’aussi radical que mon amie mais juste le bon sens qui vient s’installer petit à petit dans ma vie.

      Reply
  6. Anne

    Ben moi ça fait 1 an et demi à peu près que j’ai changé d’alimentation, j’avais commencé par le régime GAPS… un peu le même style. J’ai assoupli cherché etc…
    Bref je me suis lancée là dedans à cause de la déprime et des problèmes d’angoisses d’un de mes enfants… je ne regrette pas du tout. Après ce temps je me passe d’antidépresseurs (j’ai des hauts et des bas, mais je ne reste pas en bas et je prend d’autres suppléments pour l’instant… 40 ans de mal bouffe ça se corrige pas en 18 mois). comme tu dis l’effet secondaire c’est que ma silhouette a changé : j’ai perdu 13 kg (si j’avais fait un régime amincissant j’aurais aimé en perdre 5 !!!), je ne me suis jamais, vraiment jamais sentie aussi bien. Mon niveau d’énergie est bien plus élevé (sinon je ne pourrais pas faire toute cette cuisine), je m’énerve moins, même s’il y a encore du boulot de ce côté là… j’ai même parfois le sens de l’humour… Je n’ai plus de fringales, j’ai seulement faim quand mon corps a besoin.
    bref je suis 100% en accord avec ce que tu dis, et même si ma famille me traite de folle, me dit que je vais gâcher la santé de mes enfants… je continue avec plus ou moins de flexibilité selon les moments.
    Par contre je dois te dire que lorsque j’ai décidé, j’ai vidé ma maison de TOUT ce qui était interdit… car sinon je savais que je ferais des pâtes quand j’étais fatiguée, ce qui est la pire des choses à faire… et finalement je me suis rendue compte que c’était plus facile de faire les courses : légumes/boucherie et rayon sans gluten, et que ça prend pas plus de temps d’ouvrir un bocal de haricots verts que faire des pâtes… c’est notre psychisme qui a enregistré que les pâtes étaient facile et c’est une drogue pour notre cerveau.
    Je dois mentionner aussi que le sucre a un impact majeur sur l’équilibre mental de mon fils et même si je n’arrive pas à le supprimer complètement (je l’ai fait à une époque puis j’ai craqué sur des trucs et j’ai du mal à éliminer maintenant) dès que je réduis, ses angoisses et ses colères diminuent aussi.
    dernier point : depuis qu’on a changé d’alimentation, le niveau d’agressivité de mes enfants a diminué de façon significative…
    désolée c’est long mais il y a beaucoup à dire…
    Tu peux lire le livre de Natasha Campbell “syndrome entéro psychologique” ou les travaux du docteur Seignalet… les cas cliniques observés : amélioration des symptômes de la sclérose en plaque, de la maladie d’Alzheimer, rémission de la maladie de chrone, réduction voir guérison de certains cas d’autisme… la liste est très longue. Si tout cela est vrai il suffirait de banir le sucre blanc et les produits raffinés et le trou de la sécu se reboucherait tout seul !!
    Aller moi aussi je pourrais écrire un livre si je ne m’arrête pas !
    Merci pour ton blog
    Anne

    Reply
  7. Sphinx

    Je découvre ton blog par les VI et je suis ravie de voir qqun qui est mère et active parler de ce mode de vie. Je l’ai suivi 6 mois avant la naissance de mon 2ème garçon (le 1er à 5ans ;-)) et j’en étais ravie (énergie, sommeil, calme face à mon fils etc…)

    Les nausées du première trimestre ont eu raison de moi et de mon alimentation et je n’ai pas encore réussi, pris le temps plutôt , de m’y remettre entièrement mais ça me démange depuis 2 mois.
    Mais j’en ai gardé de bonnes habitudes (repas de base 2legumes + protéine, rarement envie de dessert…) Et je ne supporte plus le preparé, ça me rend malade physiquement. Quand aux féculents, j’ai pris conscience qu’il s’agissait d’une jambe de bois pour moi plus qu’un gout ou un besoin et que je retombais dessus parce quà court d’idée et de temps. Désormais, j’ai une batterie de recettes aussi rapides qu’un plat de pâte et bien meilleures pour moi. Meme maintenant, on doit manger des pommes de terre une fois par mois, idem pour les pâtes ou le riz…

    Reply
  8. Pingback: Comment impliquer sa famille dans une nutrition saine | Les Vendredis Intellos

  9. Camille G (@camillegblog)

    génial !
    Je mange sans gluten, sans lactose et sans viande rouge pour supprimer mon acné !
    J’en parle sur mon blog d’ailleurs
    ça marche super !
    Comme tu dis, on voit différement le monde après
    Merci pour cet article !!

    Reply
  10. Dame Andine

    J’arrive sur cet article via ton dernier ;-).

    J’ai tendance à vouloir virer l’industriel de mon alimentation et diminuer la part animale. Même si concrètement ça ne correspond que partiellement au régime paléo, je crois que l’esprit est assez similaire.

    J’ai néanmoins une grande incompréhension sur l’optique du régime : pourquoi virer le riz, les pommes de terre, les légumineuses…? A ma connaissance, il n’y a pas de gluten dans les patates. Pour le riz, il y a le riz complet, non raffiné. Et les légumineuses…?

    A part ça, je rebondis sur le commentaire que j’avais fait sur ton dernier article (découvert via les VI, et hop j’ai rebondis ici).
    Plutôt que de me dire “pas de gluten”, je varie : quinoa, millet, riz,… Le pain est tjs là mais pas systématique. Au total, ça fait moins de gluten. (J’ai fais 5 semaines sans, pfiou, c’était compliqué hors de chez moi.)
    Je découvre aussi les alternatives végétaliennes, ma consommation d’oeufs a chuté puisque je n’en consomme que lorsque j’ai envie d’oeufs.

    L’enjeu du moment, c’est le sucre, que j’aimerais drastiquement diminuer… Mais… les oeufs en chocolat du Colruyt… mmmmh (au nougaaaat). Toujours pas envie d’en faire un tabou mais diminuer, ça oui.

    En tout cas, ça fait plaisir de voir qu’il y a de plus en plus de gens qui réfléchissent à l’alimentation qu’on nous vend, qu’on nous pousse à consommer… des choses absurdes déguisées en aliments.

    Reply
  11. SruAm

    Oh tout ça me parle bien! Je suis végétarienne, ne mange plus de gluten (mis à part quelques écarts de temps à autres), très peu de produits laitiers. En fait, je m’intéresse beaucoup au régime crudivore, qui me semble être très proche du régime paléo. Le seul hic pour moi, ce serait la viande et le poisson, ça non, très peu pour moi!

    Reply
    1. Ilse Post author

      Absolument, très proche en effet. Je comprends pour la viande et le poisson, c’est très personnel. Tu me diras si tu trouves ton compte dans le Paléo végé?

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *